Partager


Concilier une approche théorique avec les besoins concrets sur les projets


(Parution Setec Mag Décembre 2018)

S’associer à la recherche scientifique dans une démarche d’innovation et de progrès fait partie de l’ADN du groupe Setec en général, et de Terrasol en particulier. A la clé, pour les ingénieurs-chercheurs, la possibilité d’abolir les frontières entre théorie et pratique en se confrontant à la réalité, et pour Setec, l’opportunité d’insuffler les technologies de pointe dans ses projets en les rendant applicables au sein de l’entreprise.

« Nous encourageons nos ingénieurs à mettre en pratique et à utiliser dans leur quotidien les résultats de leurs travaux de recherche, en lien notamment avec notre activité logiciels. Actuellement, nous avons chez Terrasol deux ingénieurs en thèse CIFRE et huit ingénieurs docteurs, dont certains ont réalisé leur thèse chez Terrasol. Par ailleurs, nous entretenons des liens étroits avec les écoles, que ce soit à travers des activités de recherche ou d’enseignement (en formations initiale et continue).

Au total, nous sommes présents dans une vingtaine d’écoles. Cela nous permet de former de jeunes ingénieurs, de les familiariser à nos logiciels, de les recruter également, et de tisser des liens avec des futurs partenaires et clients. »

F. Cuira

Pour accéder à l’article complet : site web du groupe Setec ou article au format pdf.

 

Des macro-éléments pour étudier la réponse sismique des fondations superficielles et profondes


(Parution Lettre Terrasol Décembre 2018)

Terrasol poursuit son activité de création d’outils de calcul originaux en s’intéressant au développement de macro-éléments permettant d’approfondir la notion de stabilité sismique par une estimation des déplacements irréversibles post-séisme. L’objectif est de quantifier de manière plus réaliste les efforts inertiels transmis par la structure portée à ses fondations. La prise en compte de déplacements irréversibles, même minimes, permet de diminuer de manière notable ces efforts par rapport à un calcul supposant un comportement linéaire élastique.

Pour le calcul sismique des fondations profondes, Terrasol s’est ainsi engagée dans un travail de thèse CIFRE, en collaboration avec l’IFSTTAR et l’Ecole Centrale de Nantes, en vue de développer un macro-élément capable d’estimer l’impédance dynamique d’un groupe de pieux, en tenant compte des effets non-linéaires qui caractérisent l’interaction pieu/sol/structure. Ce macro-élément est en cours de calibration à partir de modélisations numériques et physiques en centrifugeuse.

S’agissant du calcul sismique des fondations superficielles, nous assurons une mission de Recherche et Développement pour le compte d’EDF-TEGG, visant à implémenter dans Code_Aster un macro-élément sismique représentant la réponse d’une fondation superficielle étendue de type radier. En parallèle,  nous venons de mettre au point un outil de calcul autonome, appelé FONDSIS, basé sur une extension du modèle « brochette » au cas d’un calcul non-linéaire : la structure portée et le terrain de fondation sont représentés par un ensemble de masses, de ressorts et d’amortisseurs ; l’interface sol/structure est dotée d’un mécanisme de plasticité traitant les effets combinés de poinçonnement, de glissement et de décollement.

S. Burlon et F. Cuira