Partager

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn


La réponse géotechnique adaptée à votre projet


Tout au long de son développement, Terrasol a privilégié les activités de prestations intellectuelles et d’ingénieurs-conseils, sans moyens propres de reconnaissance de terrain ou de laboratoire, garantissant une totale indépendance dans le choix des moyens d’investigation qu’elle propose à ses clients.

L’objectif de Terrasol est de rechercher en permanence la réponse géotechnique la mieux adaptée à un projet et à son environnement, en intégrant l’ensemble des contraintes techniques, financières et de délais. C’est par l’usage combiné de moyens de reconnaissance adaptés, de modélisations géomécaniques du site et d’approches de calcul optimisées par rapport aux besoins du projet, que Terrasol a su développer un savoir-faire spécifique, et peut aujourd’hui proposer des prestations d’ingénierie géotechnique à forte valeur ajoutée, aussi bien en termes d’études (conception/modélisation/exécution), qu’en termes de missions sur le terrain (géologie, suivi de reconnaissances, suivi de travaux).

 

Soucieuse de rester à la pointe,  Terrasol a toujours fortement investi dans les développements scientifiques (que ce soit en propre, ou au sein de la Communauté Scientifique), afin de développer des approches novatrices toujours plus fiables et performantes. Cet investissement s’accompagne :

  • d’une participation  active de nos ingénieurs aux activités d’enseignement en formation initiale et continue, et aux activités de formation de Terrasol en général
  • d’une contribution importante aux activités de recherche dans le cadre de projets nationaux ou internationaux
  • de publications régulières dans les revues scientifiques ou lors de conférences internationales
  • d’actions au quotidien au sein de la communauté scientifique en général

De nouveaux champs d’application de la géotechnique


Cette approche nous conduit à chercher sans cesse de nouveaux champs d’application de l’ingénierie géotechnique, pour accompagner nos clients en termes d’optimisation des projets.

Nous poursuivons par exemple nos développements dans le domaine de l’interaction sol-structure, en particulier sous sollicitations sismiques. En effet, l’arrivée des Eurocodes et la prise de conscience des enjeux liés au risque sismique font privilégier des modèles de calcul aptes à traiter d’une manière réaliste le comportement dynamique du sol en interaction avec la structure qu’il supporte. Terrasol a développé ces dernières années une pratique confirmée en conception parasismique tenant compte pleinement du caractère dynamique de la sollicitation sismique et des effets favorables (ou défavorables) qui en découlent.

Autre thématique, les géostructures énergétiques : quoique moins utilisées que chez nos voisins, elles sont amenées à se développer en France. Il s’agit de fondations profondes ou de parois équipées d’échangeurs de chaleur permettant d’assurer le chauffage ou la climatisation des bâtiments. Ces pieux ou parois sont soumis à des variations de température provoquant des tassements ou des soulèvements ainsi que des sollicitations dans la structure, qu’il convient de prendre en compte lors de la conception des projets.

Pour accompagner le développement de cette technique, Terrasol a développé un nouveau programme de calcul appelé Thermopie+ permettant la modélisation de l’interaction sol-pieu-structure pour un groupe de pieux géothermiques. Le modèle ainsi développé a fait l’objet de nombreuses applications parmi lesquelles le projet de station d’épuration de Sept-Sorts en France.

Nos équipes ont également beaucoup travaillé sur les analyses probabilistes (ou fiabilistes) et leurs applications en géotechnique.

Des outils logiciels


L’histoire du logiciel Talren, outil de calcul de la stabilité globale des ouvrages géotechniques développé par Terrasol est un bon exemple : le développement de ce logiciel, en réponse à une demande interne, remonte au début des années 80, et il s’est fait ensuite en parallèle des travaux du Projet National Clouterre, auquel ont participé François Schlosser (en tant que président du projet), Alain Guilloux et Bruno Simon : les projets Clouterre et Talren se sont ainsi enrichis mutuellement.

Le logiciel Talren a suscité rapidement l’intérêt d’entreprises extérieures telles qu’EDF ou Soletanche, ce qui a conduit Terrasol à commercialiser Talren de façon officielle à partir des années 1990.

Nous avons ensuite poursuivi notre activité dans le domaine des logiciels de calcul géotechnique, et élargi notre catalogue, jusqu’à en faire une activité à part entière de la société. Et ces logiciels (Talren, Foxta et K-Réa) évoluent en continu, aussi bien du côté des interfaces utilisateurs (développées au sein du Pôle Logiciels), que des moteurs de calcul (conçus au sein de la Direction Scientifique de Terrasol).